« Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection. » : Elisée Reclus

jeudi 12 décembre 2013

Conte Courant

[avertissement : le texte qui suit est violent, immoral, gratuit, et clairement engagé]
 

Blanche Neige, légère et court vêtue, s’en allait à grand pas (1) rendre visite à Boucle d’Or. Insouciante, elle traversait cette forêt d’où l’on venait d’expulser quelques habitants qui avaient toujours vécu là sans jamais déranger personne – personne d’autre que les élus locaux au service de ces entrepreneurs privés, lesquels feraient bientôt raser tout ça pour construire un golf. Un loup survint à jeun, qui ne cherchait aventure (2). 

Celui-ci venait d’échapper à une battue et resta à distance de la princesse, des fois qu’elle se sente agressée par le seul fait qu’il daigne exister. Un coup de feu éclata. Le meilleur chasseur de la reine, celui-là même qui tous les ans se bourrait la gueule en haut de sa palombière tout en butant tout ce qui marche, rampe ou vole, ce chasseur venait de descendre le petit chaperon rouge. 

Un malheureux accident : il l’avait pris pour un sanglier à bicyclette. La chasse au sanglier à bicyclette n’étant pas encore ouverte, notre amoureux de la nature devait d’urgence trouver un bouc émissaire. Le loup était tout désigné ! Pendant que notre chasse-pêche-biture-et-gros-plomb alertait les médias – et ouvrait une page Facebook de soutien à lui-même en faisait voter les morts et ses amis imaginaires –, les sept nains, par l’odeur de la haine et de la stigmatisation alléchés, accusèrent le loup de tous les maux et se lancèrent eux-mêmes à sa poursuite. Le lynchage, y’a que ça de vrai !
 

L’animal s’enfuit, contournant les arbres et les collets, les packs de Kro vides, les produits chimiques et les chiens abandonnés (3). Il parvint à rejoindre la maison de pain d’épice, mais comprit aussitôt qu’il n’y serait pas en sécurité : les murs étaient désormais estampillés Monsanto et les étagères, plutôt que des sucreries, contenaient des canards en batterie. Juste à côté, affalés devant TF1, Hansel et Gretel, obèses, s’avalaient Big Mac sur Big Mac. Aucune trace de la petite vieille, celle qui a avait toujours vécu là et que les voisins traitaient de sorcière parce qu’elle faisait son propre jardin et se passait de téléphone et de télévision, et surtout parce qu’elle ne votait pas FN. Le loup s’en repartit donc, mais d’un pas moins pressé : en effet, les nains avaient décidé de faire une pause foie gras (5).
 

En ville, l’opinion publique était forgée : en optant pour la fuite, le loup prouvait qu’il avait quelque chose à se reprocher. RTL l’avait dit, c’était forcément vrai. Notre animal atteignit la maison des trois ours, mais eux aussi étaient absents. Boucle d’Or venait d’aménager. Elle était la nouvelle propriétaire : son avocat avait fait expulser les ours, tout comme Hansel et Gretel étaient parvenus à faire interner la petite vieille – celle-ci ne vivait pas comme tout le monde, ce qui signifiait forcément qu’elle avait un problème psychiatrique. On l’avait internée, donc, et droguée pour son propre bien (6) ; de même, il avait fallu matraquer les ours pour leur propre sécurité, lorsqu’ils vinrent demander un relogement décent.
 

Blanche Neige arriva, toujours insouciante, et accompagnée du chasseur, alors que Boucle d’Or et le loup discutaient encore. La chasse, expliqua l’amoureux de la nature : c’est naturel. Comme l’exploitation des mines d’uranium par les nains, ou celle du gaz de schiste, et contrairement bien sûr aux éoliennes qui polluent et gâchent le paysage. Il faut être logique. Les loups, en revanche, doivent être abattus. Ils sont certes naturels, mais ne mélangeons pas tout. Et surtout, ils se veulent pas s’intégrer. Intolérable ! Regardez ces crocs ostentatoires ! N’est-ce pas la preuve que celui-ci ne fait aucun effort pour ressembler aux habitants du coin, humains et bien habillés ?
 

Dégoûté, le loup n’essaya même pas de fuir lorsque surgirent les nains. Il se rendit sans résistance et fut tabassé tout de même, car les nains sont mandatés par la loi et ont donc le droit de tabasser qui ils veulent. Bien que né dans cette forêt et y ayant toujours vécu, notre horrible loup serait reconduit à la frontière. Blanche Neige, Boucle d’Or, les nains et tous les autres, vivraient heureux en butant des sangliers ou des promeneurs, en augmentant les impôts et menaçant de foutre au chômage le premier qui l’ouvrirait. Ils auraient plein d’enfants fachos qui pourraient aller casser du raton, du nègre ou du pédé en marchant au pas au nom de la démocratie.
 

                                                                     Dean Venetza
                                                              Groupe Élisée RECLUS       


                        
——————————————————————————————————
1 : LA LAITIÈRE ET LE POT AU LAIT
2 : LE LOUP ET L’AGNEAU
3 : ici, nombre de lecteurs se disent « oh ! pauvre chien ! » mais surtout pas « oh ! pauvre
bœuf ! » devant leur steak (4).
4 : et ici, ces mêmes lecteurs se disent « rhôô mais c’est pas du tout pareil ! c’est pas pareil
parce que... c’est pas pareil ! » (4b)
4b : ça vous énerve, hein ?!
5 : parce que la tradition, ça a du bon ! – sauf les traditions des autres, bien sûr.
6 : et pour celui des voisins, parce qu’on n’a rien contre les malades mentaux, on est
tolérant, mais quand même c’est mieux s’ils sont loin de nous.