« Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection. » : Elisée Reclus

samedi 27 juillet 2013

St. Paul les Dax : un conseil municipal agité

Un rassemblement été organisé ce jeudi 25 juillet, devant l'église de St. Paul lès Dax, à l'ombre des vieux arbres. L'objectif : faire pression contre les expulsions des occupants d'Abesse et si possible aller faire un tour à l'hôtel de ville tout proche où se déroule en même temps un conseil municipal.

Environ 70 personnes ont répondu à l'appel. Un résumé sur l'histoire des luttes à Abesse ainsi que l'actualité récente a été fait par différents intervenants. Les questions n'ont pas tardé à fuser, tant le problème d'abesse est complexe. Le nombre de participants aidant, il est alors décidé de bouger en direction de la mairie pour interpeler les élus saint paulois. Le petit cortège a traversé les quelques rues qui séparent la place de l'église au parc de l'hôtel de ville. Tout près, les RG et la police municipale bloquent la circulation.

Sur la place devant l'hôtel de ville nous demandons à être reçu par le maire de la commune. Un fonctionnaire de la mairie descend alors à notre rencontre pour nous signifier qu'aucune rencontre n'est possible, le conseil municipal se déroulant à ce moment même. Nous demandons alors à entrer afin d'assister aux débats de ce conseil municipal, comme il est possible de faire dans chaque commune. Nouveau refus. S'engage alors de longues discutions entre ce représentant de la mairie, les manifestants, la police et aussi entre manifestants. Le ton monte, il nous est alors proposé de rencontrer le maire le lendemain.

Plusieurs solutions s'offrent alors, nous décidons de procéder à un vote. A l'unanimité nous décidons de faire pression devant une des portes d'entrée et de pénétrer dans l'hôtel de ville. Les portes ont été fermé, devant l'impossibilité d'entrer l'ambiance devient plus tendue. Nous demandons fermement à entrer, que notre droit soit respecté. Les portes restent toujours closes. Le ton monte encore, les quelques policiers commencent à se tendre. C'est alors qu'un des notre, après avoir réussi à s'infiltrer dans le bâtiment ouvre la porte principale. Tous les manifestants se mettent à courir, nous entrons enfin.

 Nous nous dirigeons vers la salle du conseil, un élu et le cabinet du maire nous attendent déjà et ne veulent pas nous laisser entrer mais devant la pression ils nous autorisent à assister à la fin du conseil. Une dizaine d'entre nous pénètrent devant les regards abusés des élus. Un certain malaise est palpable dans la salle. Le reste des manifestants restent dans le couloir en dehors. Nous suivons dans le silence la fin du conseil durant une bonne demi-heure. De nombreux regards se dirigent vers nous. Après plus d'un an d'occupation pour les Loups de Cayenne, nous sommes entrés en force (et légitimement). Nous voilà face à ces fameux décideurs qui font et défont la politique locale. Il ne peuvent plus feindre de ne pas nous entendre.

Le conseil se termine enfin. Nous demandons à être entendu et avoir une explication en face à face. Le débat se lance alors. On explique notre action, on demande des explications sur les expulsions : pourquoi maintenant ? Pour quels motifs ? Sur les coupes abusives de bois entre 2011 et 2012 : qui a coupé ? comment ? Où est passé le bois ? Quelles dépenses et quelles recettes ? Où est parti l'argent ? Sur les pillages de fossiles : Où en est l'affaire ? A toutes ces questions on nous répond que notre présence sur Abesse est illégale, que nous sommes invisibles car pas en association officielle.

Les élus, dont certains du syndicat mixte pour l'aménagement d'Abesse s'échappent, fuient les questions. Ils restent flous, nous n'avons pas de réponses claires. Le site d'Abesse n'est soit-disant pas vendu à la caisse des dépôts comme nous le pensions, mais on nous parle quand même de compensation écologique (ce que fait une filiale de la caisse des dépôts justement). Bref, les élus en face de nous restent sur leurs positions. Ils nous invitent à un entretien fin août pour parler de l'avenir d'Abesse mais ne contestent en rien les expulsions. Ils représentent soit-disant St. Paul et ses habitants mais se disent impuissant sur le sujet d'Abesse, qu'il faudrait qu'on tape plus haut, au conseil général où siège leur Roi à tous. Comme d'habitude ils bottent en touche, ou même plus loin.

Nous quittons après de vifs débats l'hôtel de ville. Cette rencontre tant attendue à rendu son verdict : ce petit monde là qui dirige n'a que faire de nous. Ils nous prennent de haut, nous tutoyant tous comme si nous étions des écoliers de primaire. Et le pire de tout est qu'ils n'ont pas su répondre à nos demandes fondamentales : quid de l'affaire du bois d'Abesse ? quid des pilleurs ? Vous nous expulsez mais comment comptez-vous répondre à la crise, au problème de logement et à l'accès à une nourriture de qualité - ce a quoi nous travaillons à l'éco-lieu des Loups ? L'occupation citoyenne d'Abesse est d'utilité publique quand les dirigeants ne sont pas compétents !

                                                         Les Loups de Cayenne




            Des Militants du Collectif Libertaire Indar Beltza et de la Fédération Anarchiste
           étaient présent au rassemblement devant la mairie socialiste de St Paul les Dax