« Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection. » : Elisée Reclus

mercredi 29 août 2012

Appel à la solidarité avec les camarades emprisonnés de Biélorussie (22 et 23 septembre )

Il s’est passé beaucoup de temps depuis la dernière demande de solidarité avec les anarchistes biélorusses. Aujourd’hui, nous devons admettre que la nouvelle vague de solidarité est nécessaire de toute urgence pour les aider à sortir de la prison. C’est pourquoi nous vous appelons à participer à des journées d’action et de solidarité avec les prisonniers politiques biélorusses le 22 au 23 Septembre (le jour de l’élection du parlement est le 23).
 
Les militants Ihar Alinevich, Mikalai Dziadok, Artsiom Prakapenka, Pavel Syramolatau, Aliaksandr Frantskievich, Jauhen Vas’kovich qui ont été arrêtés à l’automne 2010 et en l’hiver 2011, puis condamné de 3 à 8 ans de prison en mai 2011 pour une série d’attaques sur l’état et les symboles du capital finissent leur deuxième année en prison. Pendant ce temps, leurs camarades et les parents ont fait de leur mieux pour les aider à supporter leur détention et de les faire libérer.
En Octobre 2011, ils ont été reconnus prisonniers politiques par les « human right-watch organizations”. Ce fait a augmenté les chances d’être libérés plus tôt, car en ce moment le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, fait face à la pression de l’Union européenne avec exigences de libérer tous les prisonniers politiques et de les dépénaliser.

Depuis Août 2011, il a pardonné déjà 30 d’entre eux, mais à aucun de nos camarades la liberté a été accordée. Loukachenko a déclaré publiquement qu’il ne pardonnera que ceux qui écriront la demande de pardon, admettant ainsi leur culpabilité et de lui demander personnellement grâce.
Tous les autres resteront en prison, a-t-il déclaré. En fait, il a été demandé plusieurs fois aux anarchistes emprisonnés de signer cette pétition. Cinq d’entre eux ont refusé de le faire. Artsiom Prakapenka a signé sous pression, mais il est toujours en prison.

Maintenant il y a 15 prisonniers politiques laissés en Biélorussie, parmi eux 5 de nos camarades plus 1, emprisonné à cause de solidarité avec eux. Tous les prisonniers subissent différents types de pression par l’administration des prisons dans lesquelles ils sont détenus, parce que Loukachenko veut être le gagnant dans cette situation et faire comme si ce n’est pas l’UE qui l’oblige à libérer les prisonniers politiques dans la crainte de sanctions plus politiques et économiques, mais comme si c’était sa bonne volonté de leur pardonner, et encore une fois que s’ils le demandent.

Nous nous opposons fermement au fait que nos camarades sont désormais échangés au bénéfice de l’Union européenne et condamnons la pression qu’ils subissent.
Nous appelons tout le monde à protester contre ces tortures et exigeons la libération immédiate des prisonniers politiques du Bélarus, y compris les anarchistes.
Nous saluons les actions de solidarité de toute nature à partir de maintenant et d’en amplifier la teneur, les jours de solidarité. Nous vous demandons également de faire des actions de solidarité au moins une fois par mois et si vous trouvez qu’il est possible de continuer, même après les journées de solidarité. Nous avons besoin d’une pression constante sur le régime et les politiciens de l’UE dans cette situation.



                                                   Internationale des Fédérations anarchistes